Vitrerie Gascon
Aller directement au contenu
  • slideshowint02
  • slideshowint03

Prévenir la condensation

Vous êtes ici : Accueil > Conseils > Prévenir la condensation

Sur les problèmes liés à la condensation, la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL) offre des documents très complets. Nous vous suggérons de télécharger et de la lire les documents ci-dessous.

L'air et l'humidité
(1.59 Mo)

Source: La Société Canadienne d'Hypothéques et de Logement (SCHL)

Mesurer l'humidité dans votre maison
(743 Ko)

Source: La Société Canadienne d'Hypothéques et de Logement (SCHL)

Comment régler un problème de pression négative
(473 Ko)

Source: Ecohabitation assistance

Charte d'humidité relative
(394 Ko)

Charte de Portes et Fenêtres Isothermic inc.

 

Dans la zone nord-américaine, nous avons à affronter un problème à chaque période froide : la condensation. Ce phénomène, qui en plus de nuire à la visibilité dans les vitres des portes et des fenêtres, est causé par la présence d'une trop grande partie de vapeur d'eau dans l'atmosphère intérieur de la maison. Un certain niveau d'humidité est nécessaire au confort et à la santé des occupants, mais un contrôle de ce niveau doit être observé pour éviter les problèmes de condensation en surface. Dans le cas d'une maison rénovée au point de vue de la fenestration, le problème des fuites d'air est réglé mais un nouveau problème peut parfois surgir; celui de l'humidité.

Vous trouverez réunies dans le tableau ci-dessous, les données de températures extérieures correspondantes au niveau de l'humidité relative, et ce, afin d'éviter les problèmes de condensation.

Température extérieureHumidité relative intérieure
- 28°C ou moins Pas plus de 15 %
- 28°C à - 23°C Pas plus de 20 %
- 22°C à - 17°C Pas plus de 25 %
- 16°C à - 12°C Pas plus de 30 %
- 11°C à - 6°C Pas plus de 35 %
- 5°C à - 4°C Pas plus de 40 %

Si vous pouvez réduire l'humidité aux degrés indiqués ci-dessus, cela pourra vous aider à résoudre les problèmes ennuyeux de condensation en surface.

Les techniques de prévention

La réduction ou l'élimination de la condensation nécessite souvent la contribution de plusieurs techniques qui se complémentent. Les méthodes de réduction ou d'élimination visent donc le produit à l'étude (fenêtres et portes), les dispositifs de protection intérieur (rideau, store et valence), l'humidité relative de l'air ambiant ainsi que la pression intérieur par rapport à l'extérieur.

1-Dispositifs de protection intérieure
Pour maintenir l'indice de température du produit ou son niveau de performance vis-à-vis la résistance à la condensation, les dispositifs de protection intérieure ne doivent pas empêcher ou restreindre le mouvement d'air sur la surface intérieure du produit. Toute restriction du mouvement d'air aura pour effet de réduire l'indice de température.

2-Contrôle de l'humidité relative de l'air ambiant
Le remplacement des anciennes fenêtres par des nouvelles fenêtres beaucoup plus performantes implique généralement une amélioration notable de l'étanchéité à l'air de l'enveloppe du bâtiment, d'où une économie d'énergie substantielle et l'amélioration du confort des occupants.

Néanmoins, quand les habitudes demeurent inchangées vis-à-vis le taux de génération de vapeur dans la maison (douches, bains, activités culinaires, plantes, etc.) et qu'il y a réduction drastique du taux de changement d'air, il est possible que l'humidité relative résultante durant certaines périodes de l'hiver excède la valeur de calcul ou de conception, d'où la possibilité de condensation sur la face intérieure des fenêtres. Lorsque la fréquence de condensation est faible (1 ou 2 fois pendant l'hiver), on peut réduire ou éliminer le problème en ouvrant momentanément deux fenêtres localisées sur les murs opposés, ou encore, de mettre en opération le ou les ventilateurs d'extraction de la cuisine ou de la salle de bain. Par contre, dans le cas où la fréquence d'apparition de condensation est jugée inacceptable, le consommateur devrait opter pour l'installation d'un système de ventilation.

3-Contrôle de la pression intérieure
Le comportement des portes, des fenêtres et des autres composantes de l'enveloppe d'un bâtiment sera influencé par la direction et l'intensité de l'écart de pression exercé sur une composante donnée.

L'écart de pression exercé sur une composante de l'enveloppe du bâtiment peut être positif ( ), soit vers l'intérieur du bâtiment, ou négatif (-), soit vers l'extérieur du bâtiment. Il se peut aussi que ça s'avère neutre, c'est-à-dire sans écart de pression. Dans le premier cas ( ), la composante visée sera assujettie à un taux d'infiltration qui dépendra de l'air des ouvertures (fissures, fentes, etc.) et de l'intensité de l'écart de pression. Dans le deuxième cas (-), la composante visée sera assujettie à un taux d'exfiltration d'air qui dépendra de l'air des ouvertures et de l'intensité de la pression. Dans le troisième cas (neutre), il n'y aura aucun échange d'air entre l'intérieur et l'extérieur du bâtiment. Évidemment, cette dernière solution représente ce vers quoi on doit tendre puisque le comportement des différentes composantes de l'enveloppe sera idéal. Néanmoins, le contrôle d'un écart de pression nul à travers toutes les composantes est pratiquement impossible à réaliser, d'où l'importance de connaître les effets indésirables associés aux fuites d'air traversant l'enveloppe du bâtiment.

4-Effets associés à l'infiltration d'air
Un écart de pression positif (+) est associé à l'infiltration d'air. Cet écart de pression peut provenir de l'action du vent, de l'effet de cheminée, de la dépression causée par un ventilateur d'extraction ou d'une combinaison des effets précédents.

5-Effets associés à l'exfiltration d'air
Un écart de pression négatif (-) est associé à l'exfiltration d'air. Tout comme dans le cas précédent, cet écart de pression peut provenir de l'action combiné des différentes forces (vent, effet de cheminée, surpression causée par un ventilateur d'alimentation).

Lorsque les parois sont soumises à l'exfiltration d'air, on pourra observer les phénomènes suivants soit l'air chaud et humide qui s'exfiltre contactera des matériaux dont la température est de plus en plus basse à mesure qu'elle progresse vers l'extérieur. Ces matériaux refroidiront l'air et, avant d'atteindre l'extérieur du bâtiment, il y aura condensation et/ou solidification (givre) de la vapeur d'eau sur et dans certains éléments de l'enveloppe.

À titre d'exemple, on peut citer que par temps froid on aura condensation de givre sur la face arrière d'un parement de brique et la possibilité de condensation dans une partie de l'isolation thermique. Autre exemple, on aura condensation superficielle et/ou formation de givre sur la face intérieure de la vitre extérieure.

La condensation et/ou formation de givre sur ou dans certains éléments entraînera le problème suivant au niveau des fenêtres, soit la perte de l'accès visuel vers l'extérieur du bâtiment (fonction base). Un autre problème est la difficulté ou l'impossibilité d'ouvrir les châssis extérieurs par temps froid.

Le but de ce document est donc de vous permettre de déceler, dans votre maison, les signes et les causes probables d'humidité et de qualité de l'air liés à l'humidité et ainsi vous proposer des solutions pratiques pour y arriver. Il vous sera donc plus facile de prendre des actions sur les solutions à apporter pour améliorer votre situation.

Vitrerie Gascon
2681, chemin Gascon
Mascouche, Québec, Canada
J7L 3X8
Téléphone : 450 968-2882
Courriel :
Licence RBQ : 8293-0736-10

Imprimé le : 24 juillet 2017